Mais ensuite, la progressive désagrégation psychique du voyageur n'est que timidement rendue. », « comme pour faire sourire un peu cette âme dévastée[28] Â» du voyageur. Die Nebensonnen (Les reflets du soleil dans les nuages – Parhélie) Mais la gravité de l'œuvre, ses accents sombres et sa profondeur en font l'élection des barytons, tels Hans Hotter, Dietrich Fischer-Dieskau, Thomas Quasthoff, Alain Buet[26]. Les gens dorment dans leur couche, 18. Einsamkeit (Solitude) C'était l'époque où il a découvert sa maladie, la syphilis, suivie de périodes passées à l'hôpital où il compose certains lieder, d'après ses amis. – En fa mineur / Nicht zu langsam [pas trop lentement], Gefrorne Tropfen fallen Wasserflut (Inondation) Lorsque la monotonie syllabique intervient, comme dans Der Lindenbaum et Die Krähe, il s'agit d'une métaphore de la folie[22] dans laquelle tombe le voyageur. The Weathervane (Die Wetterfahne), No. « Son refus de toucher à l’intégrité des douze lieder déjà achevés nous dit combien il était satisfait de son premier cycle[10] Â». This page was last edited on 4 February 2018, at 14:30. 14. Dans la rue j'entends le cor du postillon Le recueil s'ouvre en ré mineur, tonalité funèbre pour Schubert[27]. IFS 859 Key see below: Movements/Sections Mov'ts/Sec's: 24 songs (Op.89): Gute Nacht (Mässig) (D minor) Die Wetterfahne (Ziemlich geschwind) (A minor) Gefrorne Tränen (Nicht zu langsam) (F minor) Erstarrung (Ziemlich schnell) (C minor) Il était touché par l'émotion directe et sensible du poète. Quand la neige me cingle de visage, Outre le texte, la musique accumule les pistes : trois dièses (la majeur), mesure à 3/4, découpe A-A'-B-A, mélodie reprise trois fois, cadence parfaite conclusive reprise trois fois. On assiste certes à la fragilisation d'une personnalité, mais sans plus : délire, désespoir et angoisse apparaissent trop pauvrement caractérisés. Alors que déjà je foule neige et glace, 9. Der Leiermann (Le joueur de vielle) Dans cette double page de musique à l'accent mystérieux, abondent les symboles autour du chiffre trois. C'est le préféré des compagnons de Schubert qui reçut immédiatement leur approbation[32] et la plus célèbre des mélodies. Müllers gedichten werden in zijn tijd als middelmatig omschreven. De eerste "Abtheilung" van twaalf liederen werd voltooid in februari 1827, de tweede met de overige twaalf in oktober van dat jaar. « On a connu peu de Winterreise aussi intensément vécues, dont la sincérité fait fluctuer l'humeur et peut-être même pleurer sur une simple nuance. 17. In 1993 werd een bewerking van deze cyclus gemaakt door Hans Zender voor tenor en klein orkest: Winterreise, eine komponierte Interpretation. ». Le champion en est le baryton Dietrich Fischer-Dieskau qui l'a enregistré (en concert ou au studio) une douzaine de fois entre 1948 et 1990. Quatre ans après avoir mis en musique le cycle, La belle meunière, Schubert peut lire douze nouveaux poèmes découverts dans la bibliothèque de son hôte, son ami Schobert, l'année même du décès de Wilhelm Müller (1827). Auf meines schönen Liebchens Haus, Le vent joue avec la girouette La musique et les paroles sont portées par le chagrin amoureux et figurent des états de conscience inquiétants. Le recueil est une « véritable confession musicale et [a] été baptisé dans le sang d'une vraie et profonde souffrance Â» (Bauernfeld)[9]. Jamais lieder ne m'ont tant touché. Winterreise semble reprendre là où en était le voyageur : La belle meunière en effet, s'achève sur les mots Gute Nacht, alors que le Voyage commence avec un poème portant ce titre. – En mi mineur (original en fa mineur) / Langsam, Manche Trän’ aus meinen Augen Lockte mich ein Irrlicht hin, Dans les profondes gorges rocheuses Franz Schubert [fʁɑts ʃubɛʁ]2 (en allemand : [ˈfʁants ˈʃuːbɐt]3) est un compositeur autrichien né le 31 janvier 1797 à Lichtental (dans la banlieue de Vienne), et mort à Vienne le 19 novembre 1828. », « Il nous donne, enregistré en public à Londres, la grande version moderne du cycle, Schubert's Winter Journey, anatomy of an Obsession, Stefan Kunze (trad. Les partitions musicales sont temporairement désactivées. Good Night (Gute Nacht), No. Un autre recueil de Müller, « Chants grecs Â», où – sous couvert de la lutte pour l'indépendance des Grecs contre l'occupation turque – il s'en prend au sombre système réactionnaire de Metternich, accentue la conscience de la réalité, et nous aide à profiler le sombre Voyage d'hiver dans un contexte anti-démocratique. En revanche, dans les poèmes du second cahier, la nature est plus agressive et présente : chiens, corneille, village, dormeurs, poteau indicateur…[25]. Aus der Stadt gezogen, Une corneille était avec moi Fliegt der Schnee mir ins Gesicht, Fremd bin ich eingezogen, Fremd zieh' ich wieder aus. 3. Se tient un joueur de vielle. Ce petit livre est le développement d'un article intitulé « Le, Différences entre la première partie et la seconde, « Ils écrivent tous comme s'ils étaient malades et le monde entier une infirmerie. Le voyageur, tant terrestre que sentimental, est perdu, sans espoir et avec la sensation d'être au bord du vide, entre suicide et folie. He produced a vast oeuvre during his short life, composing more the 600 vocal works (largely Lieder), and well as several symphonies, operas, and a large body of piano music. L'action a déjà eu lieu : la bien-aimée n'est plus sienne, et Müller dit adieu au monde[12] ; Schubert l'entend sur un rythme de marche. Frozen Tears (Gefror’ne Thränen), No. Dans le second recueil, en quelques mois, le regard et la perception du musicien se sont encore affinés et approfondis : le climat en est encore plus mystérieux et quasi religieux[25] avec ses chorals et cantiques en filigranes[25] (no 23). Letzte Hoffnung (Dernier Espoir) Et ce qui apparaît n'est qu'une figuration de son état d'âme : les girouettes ne désignent que le vent, les poteaux indicateurs des noms qui trompent le voyageur, la nature entière ne lui renvoie que sa propre image, une nature désolée, gelée, comme sans dieu[6], un monde privé de sens[7]. Par rapport aux premiers, portés par la métaphore amoureuse, les seconds sont plus profonds, métaphysiques, jouent de double sens, absent dans l'édition Urania. La relation au monde est réduite au minimum dans le premier, seul le no 9 Irrlicht faisant intervenir le feu-follet. Schubert, Franz: Opus/Catalogue Number Op./Cat. Le musicien en révèle la voix intérieure dans son dépouillement, sa solitude totale. De dove acteur Horst Dittrich vertaalde de tekst van de liederencyclus in 2007 in de Oostenrijkse gebarentaal en nam hem in de jaren 2008 en 2009, in Wenen, Salzburg en Villach in een productie van ARBOS - Vereniging voor muziek en theater met pianist Gert Hecher en bariton Rupert Bergmann, gefilmd door Olgierd Koczorowski (PZG Szczecin, 2009). 89, D. 911, on Franz Schubertin vuonna 1827 säveltämä laulusarja, joka pohjautuu Wilhelm Müllerin runoihin.. Schubert sävelsi sarjan viimeisinä vuosinaan ja tarkisti teoksen painoon lähtevän version viimeisinä elinpäivinään. Der Wegweiser (Le Poteau indicateur) No. Convaincu d'avoir une œuvre complète avec les douze poèmes qu'il a mis en musique (lieder 1 à 12), Schubert invite ses amis à la première audition, le 4 mars 1827 au soir. ». 89, D. 911). Passe dans le ciel lumineux. – En ré majeur / Etwas langsam, Es bellen die Hunde, es rasseln die Ketten; Volgens hem zit de Winterreise vol politiek-maatschappelijke kritiek. Comme je lui demandais ce qu'il lui arrivait, il eut cette seule réponse : Vous l'apprendrez bientôt et vous comprendrez pourquoi. Pas de fusion, de poursuite du soliste, mais un propos indépendant, complémentaire. « Il ne retrouvaient plus leur gentil Franz, le bon compagnon des Schubertiades, le Viennois facile, l'ami souriant et serviable[16] Â» Schubert se retrouve seul, même avec ceux qui l'aiment. Franz Peter Schubert (1797-1828) was an Austrian composer. Le dessin mélodique à la voix commence haut perché sur le fa et descend jusqu'au ré (la tonique) plus d'une octave plus bas. Voyage et solitude sont les thèmes principaux et ce qui appartient au bonheur n'apparaît que sous forme de souvenir et d'illusion. Selon Hans Jörg Mammel, ce choix empêche le cycle de se clore sur une impression de paix[41]. Comme la tempête a déchiré No. 78 / D 894. Le caractère sombre du musicien – « l'hiver est tombé sur son âme Â» dit Marcel Beaufils[6] – pendant la composition impressionne ses amis[13], d'autant que la première partie du cycle est justement fondée sur une rumination du souvenir, propre au romantisme. Entry at Wikipedia for Schubert's song cycle "Winterreise" Entry at the "Lied and Art Song Texts Page" ... Ans Tor dir: Gute Nacht, Damit du mögest sehen, An dich hab' ich gedacht . Es schlafen die Menschen in ihren Betten, Les chiens aboient, leurs chaînes cliquettent ; Le gris manteau du ciel ! Gute Nacht steht für: . Read more here. Part songs [1] en la New Schubert Edition [2] o Series XVI-XIX en Franz Schubert's Works (unas en Series XX).. Part songs con un número de opus Part songs publicadas durante la vida de Schubert Op. Dans le prélude, un discret motif de cor en écho se fait entendre entre deux bruissements des feuillages[33] (mesures 7 et 8) et réapparaît plus loin sur un point d'orgue, avant le dernier couplet. La sobriété du discours musical, son intériorité douloureuse, son impression d'immobilité emportent l'auditeur du premier au dernier lied, qui ne conclut pas, s'arrêtant juste au bout de la solitude, « au seuil de la démence Â» (Einstein). – En si mineur / Langsam, In die tiefsten Felsengründe Il avait raison. Ici, le voyage est intérieur, alternant entre le souvenir et le présent. Paradoxalement la présence de la tonalité majeure est plus importante. Sur ce lied se dévoile le but du voyage : le tombeau. est tombée dans la neige, Selon Michel Schneider, il « est un exemple absolu de concision et de forme pure[34]. Le recueil est peu peuplé de choses animées ou inanimées. Winterreise), op. À l'époque de Müller, le tilleul est un symbole d'une nature douce et bienfaisante, il est l'arbre de l’amour, le lieu de rendez-vous galant[31]. Mir übers Haar gestreuet, Le givre a saupoudré d'un reflet blanc Das Mädchen sprach von Liebe, Die Mutter gar von Eh', - Nun ist die Welt so trübe, Der Weg gehüllt in Schnee. Nun merk’ ich erst wie müd’ ich bin. The two parts were also published separately by Tobias Haslinger, the first on 14 January 1828, and the second (the proofs of which Schubert was still correcting days before his death on 19 November) on 30 December 1828. Le choc est terrible pour le musicien. ... Information from Wikipedia. 1. Ce à quoi Schubert se contenta de répondre : Ces lieder sont ceux que je préfère entre tous, et ils finiront par vous plaire à vous aussi. » écrit Johann Mayrhofer (Souvenirs sur Franz Schubert, 1829)[9]. – En sol mineur / Nicht zu geschwind, Es brennt mir unter beiden Sohlen, Winterreise (Winterreis) is een cyclus van 24 liederen van Franz Schubert (op. », « Combien purs, combien clairs sont vos chants et dans leur ensemble ce sont des chants populaires. L'unique permutation volontaire de Schubert, qualifiée en quelques mots d'« enchaînement, hypnotique et sans pareil[17] Â», se trouve dans ce second cahier : Mut trop clair, passe avant Die Nebensonnen[11] qui lui, par son climat, s'approche à pas feutrés, dans l'atmosphère la plus extatique des vingt-quatre lieder[18] et une harmonie pacifiée, du décharnement du lied final Der Leiermann, comme une étape ultime de « la raison chancelante, la désillusion face à la réalité, la distorsion hallucinatoire, l'errance, l'aliénation vis-à-vis de la société…[19] Â». – En si mineur (original en ré mineur) / Langsam, Wie eine trübe Wolke Sur la maison de ma bien-aimée, Encore symbole poétique, la girouette est l'esprit changeant de la bien-aimée, traité avec une pointe d'ironie[29], mais elle est de courte durée. Winterreise (Viatge d'hivern, en català) és un cicle de 24 lieder —composicions per a veu i piano— compost per Franz Schubert en dues parts de 12 lieder cadascuna, realitzades el febrer i l'octubre de 1827 i publicades per Tobias Haslinger el 14 de gener de 1828 i el 30 de desembre del mateix any, respectivament. English translation. Winterreise (Viaje de invierno) es un ciclo de lieder compuesto por Franz Schubert, sobre poemas de Wilhelm Müller.Lleva como n.º de Opus 89. S'élève un tilleul. Drüben hinterm Dorfe Mut ! ». « Les vingt-quatre stations de Schubert sont un chemin sans croix ni chemin[7] Â», décrivant les différentes facettes, tragiques, de l'état d'âme du poète, perturbé par des souvenirs du bonheur perdu, comme des ombres (évoqué systématiquement en majeur, mais moins présent et moins nettement dans le second cahier[24]). – En sol mineur (original en la mineur) / Ziemlich geschwind, doch kräftig. […] ravira les mélomanes persuadés que le propos de Schubert est avant tout ici celui des forces brutes de la Nature en l'homme, autour de sa conscience réduite à l'errance sans fin […] Le maître [Sawallisch] est un superbe chef d'opéra, et cela s'entend clairement au piano : son travail traite la partition comme l'accompagnement lyrique par l'orchestre. Alors que le précédent recueil décrivait une courbe de l'espoir vers le désespoir, le Voyage reste constamment dans le registre de la lassitude, de l'aspiration au silence de la tombe. La dernière étape, celle que découvrira le musicien à la fin de l'été, se présente dans l'édition complète, où Müller remanie encore en inversant les nos 16 et 15 et en insérant deux textes supplémentaires à leur place connue, les nos 13 et 19, « sans doute pour atténuer la disparité[5] Â» thématique entre l'inspiration initiale et son évolution. Après la première parution dans Urania, intitulée Wanderlieder von Wilhelm Müller — Die Winterreise In 12 Liedern, le poète ajoute dix poèmes. Si je pouvais créer moi-même mes mélodies, alors mes lieder plairaient encore plus que maintenant. Das Lied Gute Nacht ist das 1. Vers six : texte original de Müller : "Schwankt". Was hat es, daß es so hoch aufspringt, Aus dieser Sammlung hatte Schubert 24 Gedichte ausgewählt, welche er, zusammengestellt in Winterreise, vertonte, wodurch Wilhelm Müller ebenfalls bekannt wurde. – En ut mineur / Etwas langsam, Eine Krähe war mit mir À l'enterrement, il est porte-torche parmi les trente-six du cortège au côté de Grillparzer[20]. – En la mineur (original en si mineur) / Etwas langsam. Lors d'une réédition (DG 457 018-2), l'enregistrement a reçu un 9 dans, Lors de sa réédition, ce disque a été distingué par Laurent Barthel d'un « 9 Â» par, Lors d'une réédition (4 89576-2) ce disque a été noté 9 dans, Lors de sa sortie, ce disque a reçu un 10 de, Lors de sa sortie ce disque critiqué par Laurent Barthel, n'a reçu qu'un 6 dans, Le disque, lors de sa sortie, a été distingué par un « 10 Â» de, Lors de sa sortie, l’enregistrement a été distingué par un, Le Voyageur au-dessus de la mer de brumes, Prix du Gouverneur Général 2011, section « Essais Â», Winterreise, Le Voyage d’Hiver – Franz Schubert, Le présent de l’errance — Entretien avec Matthias Goerne, Fichier d’autorité international virtuel, International Music Score Library Project, Texte en allemand des lieder sur Wikisource, Récitation du texte intégral, en allemand, à librivox.org (N. 20), Bac L, enseignement de spécialité musique, 2013 : Winterreise/Franz Schubert (1797-1828), Analyse du lied Auf dem Flusse extrait du Voyage d’Hiver de Schubert. Nach ihrer Tritte Spur, En vain, je cherche dans la neige Je vais chanter un cycle de lieder à vous faire frémir. Die Wetterfahne (La Girouette) Es bellen die Hunde, es rasseln die Ketten; « Je me sentirai mieux dans l'obscurité Â», « roman musical s'achève sur la vision d'un misérable joueur de vielle que les chiens houspillent et à qui personne ne tend la main, image trop certaine de l'artiste qui œuvre dans les ténèbres, dans l'hostilité ou l'indifférence générale, « Dans le ressassement du petit motif, en ses deux métamorphoses instrumentale et vocale, un seul accent de désespoir […] sur le, « Hüsch donne de ces Lieder une interprétation très fidèle au texte, même si le style est un peu pompeux. 2. Schubert, "Gute Nacht", piano link to the final verse, where the key changes from minor to major. En effet, il s'identifie sans mal à cet homme blessé par un amour non partagé décrit par les poèmes, à ce malheureux vagabond errant en plein hiver – même si Schubert ne voyagea jamais. Heine, si clairvoyant sur les causes réelles du romantisme, logées dans l'absence de liberté politique, rend hommage au poète[3] et dit son admiration : « Combien purs, combien clairs sont vos chants et dans leur ensemble ce sont des chants populaires. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le cycle du Voyage d'hiver ou Winterreise est sans doute le plus beau recueil de lieder de Franz Schubert. Lau Kanen maakte een zingbare Nederlandse vertaling, die te vinden is in The LiederNet Archive (zie Externe links). Fremd zieh’ ich wieder aus. J'ai vu trois soleils dans le ciel, 4. Günter Schubert (18 April 1938 – 2 Januarie 2008) was 'n Duitse akteur. Auf dem Flusse (Sur la rivière) Je suis curieux de voir ce que vous en direz. Drei Sonnen sah ich am Himmel steh’n, ». Von meinen Wangen ab. Siitä on tullut lied-repertuaarin maineikkain teos, jota esitetään ja levytetään jatkuvasti. Da ich zur Ruh’ mich lege, Je ne sens combien je suis fatigué » Müller écrivait : « Je ne sais ni jouer, ni chanter, quand j'écris des poèmes, je chante et je joue. Winterreise was composed in two parts, each with twelve songs, the first part in February 1827 and the second in October 1827. Entre les deux éditions, l'ordre des poèmes est différent et tient au poète et non à l'idée du musicien. ». Gute Nacht Lyrics: Fremd bin ich eingezogen / Fremd zieh ich wieder aus / Der Mai war mir gewogen / Mit manchem Blumenstrauß / Das Mädchen sprach von Liebe / Die Mutter gar von Eh' / Das Mädchen Le choix de Schubert de garder l'ordre des poèmes tels qu'ils se présentent, fait que les plus sombres (Der Wegweiser, Das Wirtshaus et Die Nebensonnen) sont groupés dans la deuxième partie, alors que les plus clairs (Irrlicht et Frühlingstraum) sont dans la première partie. Français : Gute Nacht, premier lied du recueil Winterreise de Franz Schubert sur un poème de Müller. Hy was bekend vir sy rolle in die rolprente Tecumseh (1972) en The Flight (1977), en in die televisiereekse Zur See (1977) en Alarm für Cobra 11 - Die Autobahnpolizei (1996). Lieder for a single voice soloist as included in Series IV of the New Schubert Edition and/or Series XX of Franz Schubert's Works.Note however that these editions include a few Part songs characterized as Lied.. Lieder with an opus number Lieder published during Schubert’s lifetime Op. Der Mai war mir gewogen Mit manchem Blumenstrauß. », « comme pour faire sourire un peu cette âme dévastée, « est un exemple absolu de concision et de forme pure, « est soutenu par une seule pulsation (triolet de croches, noire pointée) – on dirait le pas d'un homme qui se force à aller de l'avant. Étranger je repars. Dès le premier lied, Gute Nacht / Bonne nuit, la tonalité est donnée : mineure : elle le restera tout du long, sauf les éclaircies de Lindenbaum et Frühlingstraum. – En ut mineur (original en ré mineur) / Mässig, Nun merk’ ich erst wie müd’ ich bin, Täuschung (Illusion) Mais la nature des régions traversées dans les deux recueils est tout à fait différente[8]. Mais il est ici à double sens : le passé ne suffit pas à diluer l'angoisse qui poursuit son mouvement de lied en lied. Version pour ténor et quintette à vents : Version adaptée en français par Keith Kouna avec orchestre de jazz arrangé par. Hab’ lang und fest sie angeseh’n. (Courage) In het 24e lied ontmoet hij de Leiermann, de speelman met de draailier, een verpersoonlijking van de dood. Gute Nacht (Franz Schubert), Lied von Franz Schubert (1827) Gute Nacht (Adolf-Eduard-Marschner-Lied), Lied von Adolf Eduard Marschner Gute Nacht!, Gedicht von Kurt Tucholsky aus Fromme Gesänge (1919) Gute Nacht?, Gedicht von Theobald Tiger (Pseudonym von Kurt Tucholsky) aus Ulk (1919) Gute Nacht (Die-Ärzte-Lied), Lied von Die Ärzte (1989) Ist gefallen in den Schnee, Mainte larme de mes yeux – En mi-bémol majeur / Etwas geschwind. Par sa densité et son dramatisme, l'œuvre dépasse tout ce qu'il a produit dans le genre. – En la majeur / Nicht zu langsam. La trace de ses pas, Chez Müller, le vers 3 original est "Und ist's mir denn entgangen". « Certains lieder heureusement sont franchement réussis : « Hampson entreprend un « tout-dramatique Â» schubertien, aventure foudroyante, à vif, ultra-démonstrative, qui réussit grâce à la parfaite maîtrise de moyens voyaux puissant et racés. Deze pagina is voor het laatst bewerkt op 20 dec 2020 om 13:22. Het verhaal lijkt betrekkelijk eenvoudig. Les tempos ralentissent, la musique se concentre encore plus dans son statisme pour converger vers l'absence quasi totale de matériaux dans le dernier lied. No. Viennent ensuite, Hermann Prey (six fois), Hans Hotter et Gérard Souzay (cinq fois), Peter Schreier (quatre) et Ernst Haefliger (trois)[48]. », « de cet asservissement politique, que Heine donnait nommément comme cause véritable de l'ironie romantique et de la difficulté d'être, « sans doute pour atténuer la disparité, « le maître immortel du Lied allemand Â», « tous les deux sous le signe de l'errance, l'un des thèmes majeurs de l'époque et du lied schubertien, « véritable confession musicale et [a] été baptisé dans le sang d'une vraie et profonde souffrance Â», « Il ne retrouvaient plus leur gentil Franz, le bon compagnon des Schubertiades, le Viennois facile, l'ami souriant et serviable, « L'ironie du poète, prenant ses racines dans le désespoir, trouva en lui un écho et lui donna une expression musicale mordante. Vers onze : texte original de Müller : "brummen"[40]. Podróż zimowa (niem. Kantoj. J'en fus douloureusement ému. The Linden Tree (Der Lindenbaum) Die Winterreise No. L'écriture ou plutôt l'organisation du recueil définitif de Müller publié en 1824 et composé de vingt-quatre poèmes, connaît trois étapes[5], toutes publiées. Schubert a trente-et-un ans. Il va sans dire que chanteur et pianiste sont en totale osmose, « […] il s'agit en fait de l'une des meilleures. » La détresse est totale ; comme le dépouillement harmonique et mélodique, réduit à une pédale en bourdon en quinte et une unique phrase mélodique qui renforce la monotonie et la désolation. – En la majeur / Etwas bewegt, Ich träumte von bunten Blumen, Le tableau suivant montre que Schubert respecte l'ordre des poèmes tels qu'il les trouve dans les deux ouvrages publiés dont il a connaissance. maakt de Duitse componist Wolfgang Hufschmidt een uitgebreide muzikaal-semantische analyse. Der Lindenbaum (Le Tilleul) Toute l'image du recueil est figurée en ces quelques notes : « une trajectoire de chute Â»[27]. Ich folg’ ihm nach die Kreuz und Quer, Une lumière danse gaîment devant moi, Good Night (Gute Nacht) As a stranger I arrived As a stranger I shall leave I remember a perfect day in May How bright the flowers Ses thèmes sont en affinité et comme l'expression de l'état d'abattement où se trouvait alors le musicien. See Full Entry. Winterreise, eine komponierte Interpretation, Liedteksten met vertalingen in het Nederlands, Engels, Spaans, Italiaans, Frans, Catalaans, Koreaans en Fries, International Music Score Library Project, https://nl.wikipedia.org/w/index.php?title=Winterreise_(Schubert)&oldid=57794849, Wikipedia:Artikel mist referentie sinds april 2018, Wikipedia:Alle artikelen die een referentie missen, Creative Commons Naamsvermelding/Gelijk delen, Originele werken van of over dit onderwerp zijn te vinden op de pagina. Beginning with a farewell: Winterreise's "Gute Nacht (Good Night)" Saying "goodbye" is often not only a moment of parting, but also a moment of beginning. Je la suis dans sa course en zigzag, 20. Det är den andra av Schuberts två stora sångcykler till texter av Müller. Mais j'espère avec confiance qu'il pourra se trouver une âme semblable à la mienne qui saisisse les mélodies glissées sous les mots et qui me les restitue. , pensées sur le Winterreise de Schubert, « Winterreise Â» par Thomas Kalka et Carmen Daniela (piano), https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Winterreise&oldid=177648494, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Article de Wikipédia avec notice d'autorité, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Enregistrement différent du précédent, réalisé les 24 et, Version pour ténor et orchestre composée par. Un feu follet m'a attiré. La tonalité originale correspond à la clôture du premier cycle, refermé sur un ré mineur, comme il avait commencé ainsi que la mesure de marche. », 23. « Le pays du retour n'est nulle part[35]. Feeling Numb (Erstarrung), No. Winterreise (Viagem de Inverno) é um ciclo de 24 lieder composto em 1827 por Franz Schubert sobre poemas de Wilhelm Müller.Foi o segundo dos três ciclos de canções escritos pelo compositor (sendo o primeiro Die schöne Müllerin e o terceiro Schwanengesang).Segundo o próprio Schubert, tratava-se do seu preferido.Foi escrito originalmente para tenor, mas é frequentemente … Sa forme actuelle, nous la devons à une série d’accidents[10]. Winterreise är en diktcykel som består av 24 dikter av Wilhelm Müller och som framför allt är känd som en sångcykel (D 911) för mansröst och piano komponerad av Franz Schubert och publicerad 1827 med opusnummer 89. Là-bas, derrière le village Rückblick (Regard en arrière) Un jour il me dit : Viens aujourd'hui chez Schobert. Son accompagnateur est un peu inexpressif […], « Proche de l'édition de studio (DG), cette version radio est plus sauvage, plus brusque dans ses contrastes, souvent soulignés par ce qui est une simple saute dans la prise de son ; moins lisse, moins anonyme, sans cette réalisation quasi hypnotique du, « Pears donne une saisissante impression de rêve éveillé. Tret’ ich auch schon auf Eis und Schnee, La plante des pieds me brûle », 11. La dernière strophe passe au majeur sur « Je ne veux pas déranger ton sommeil, ce serait dommage pour ton repos. Le recueil est composé pour voix de ténor, comme la plupart des autres lieder du compositeur. Gute Nacht, the first scene in Winterreise, a song cycle for voice and piano written by Franz Schubert and published in 1828; Gute Nacht, also known as Warum bist du so ferne, a serenade written by Adolf Eduard Marschner; Gute Nacht, a song by German punk band Die Ärzte, originally released on the 1983 EP Zu schön, um wahr zu sein! – En ut mineur / Etwas langsam, Der Reif hatt’ einen weißen Schein 11. Winterreise op. Quatre lieder sont abaissés d'un ton et un d'une tierce. De eerste "Abtheilung" van twaalf liederen werd voltooid in februari 1827, de tweede met de overige twaalf in oktober van dat jaar.